Engagements

Déchets

General Mills concentre ses efforts sur la réduction des déchets en amont de la chaine de production

Par exemple, chez Yoplait, les équipes de développement et les équipes industrielles travaillent conjointement sur l’optimisation des quantités de plastique nécessaires pour le conditionnement des produits. Depuis plus de 4 ans, un programme d’allègement des pots est en cours de déploiement. Chaque année, de nouvelles lignes de production utilisent le polystyrène expansé. 

Les pots issus de cette ligne en polystyrène allégé représentent aujourd’hui 50% des volumes de la marque, avec l’objectif d’atteindre 75% d’ici 2017. Grâce à cette innovation, 457 tonnes de plastique ont été économisées en 2014 sur le périmètre européen.

Enfin, une optimisation des bouchons de bouteilles de Yop en petit format a permis d’épargner 72 tonnes de polyéthylène en 2014.

En aval de la chaîne, les efforts consistent à optimiser le tri des déchets. Au sein de l’usine de production d’Häagen-Dazs, un programme de tri scrupuleux des déchets a ainsi permis de recycler et de valoriser 90% des déchets.

Quand cela est possible, l’entreprise encourage aussi l’économie circulaire. Dans l’usine de Seretram qui produit le maïs doux Géant Vert, les déchets de maïs sont collectés, traités et réutilisés pour l'alimentation animale. 

Pour contribuer à réduire les impacts environnementaux de ses activités, Yoplait développe des projets de diminution des consommations de matières premières chaque fois que cela est possible, d’intensification de l’utilisation de ressources, de recyclage et de valorisation. L’entreprise a développé un outil simplifié d’éco-conception qui permet aux équipes de développement de guider leurs choix de conception de produits en minimisant les impacts sur l’environnement.

Par ailleurs, l’usine de Monéteau expérimente une nouvelle voie de valorisation de ses déchets. Elle confie à un agriculteur de proximité, situé à moins de 20 km, ses boues de station d’épuration et ses coproduits. Ces bio-déchets viennent alimenter une unité de méthanisation, produisent de l’énergie et un amendement organique pour fertiliser les sols agricoles. L’usine de Vienne a investi dans un système de compactage des déchets permettant de valoriser plus de matière et de passer à un taux de 46% contre 56% en 2013, soit 0,6% de tonnes de DIB (déchet industriel banal) par tonne produite au lieu de 0,9%.

En bout de chaine, afin d’éviter le gaspillage alimentaire, les marques de General Mills donnent régulièrement des produits à des associations locales qui en font bénéficier les plus démunis.